Avons-nous assez d’ambition ?

Qu’est ce que l’ambition ? 

L’ambition c’est « le désir ardent de posséder, d’arriver à faire ou de réussir quelque chose ». Lorsqu’on évoque que quelqu’un a réussi, on commente souvent son parcours en le décrivant comme « ambitieux ». « Mais lui au moins,il avait de l’ambition» comme si c’était un trait de caractère réservé à une élite.

Qui sont les autres alors ? Les non ambitieux ?

Longtemps dans ma vie, j’ai passé mon quotidien en pilote automatique. Me lever le matin était un calvaire, aller travailler était un calvaire, tout était vécu comme une obligation. Mais pourtant, je continuais, je me disais que c’était ça la vie. C’était normal de passer toutes ses journées avec un sentiment d’insatisfaction. Je trouvais le bonheur dans d’autres domaines, dans de toutes petites étoiles sur mon parcours, et c’était ok. Pas besoin de plus. Tout le monde souffrait non ?

Au fond, même si nous savons très bien nous mentir, nous avons tous en nous des rêves qui ne veulent pas se taire, des désirs ardents. J’avais des rêves, mais ils étaient inaccessibles, pas parce qu’il était difficile de les accomplir ou que les réaliser demanderait de changer beaucoup de choses dans ma vie, non… parce qu’il était normal pour moi de ne pas les réaliser. C’était ce que tout le monde faisait.

Si on vous donnait beaucoup d’argent ou qu’on vous offrait « le succès » demain, l’accepterez-vous ? Certainement. Pourtant, vous vous levez chaque matin sans prendre la décision qui vous permettrait étape par étape d’arriver à ce but. Tout en profitant des mêmes soirées, des mêmes loisirs depuis des années vous désirez au fond de vous rencontrer le succès. Mais pouvez-vous continuer à vivre exactement la même vie en espérant des résultats différents ?

Plus que nos habitudes, c’est notre connaissance de nous même qui ne change pas. Nous ne nous écoutons pas, ni notre corps ni nos envies, et vivons souvent des années, en faisant taire notre voix intérieure le plus souvent possible, comme si la mettre en avant aller nous faire passer pour un fou.

Vous avez des désirs, mais il vous manque la flamme qui vous ferez dire « cela vaut plus que tout le reste ».

Est-ce qu’on se limite ?

Est-ce une limite que l’on se met ? Comme une œillère pour s’empêcher d’agir, puisque tout cela nous semble si loin de notre réalité…

Dans la société, on nous apprend à suivre une voie, à la tenir, pour atteindre la sécurité. Le concept de sécurité est bien plus présent dans notre quotidien que celui d’aventure. A l’école, on nous déconseille la voie qui ne nous garantit pas un emploi derrière. Même si on a de la passion, même si on a un désir d’aller vers quelque chose pour notre simple plaisir, le regard extérieur sera toujours le même : tu devrais penser à ta sécurité.

Alors la montagne que l’on gravit n’est pas celle qui nous rapproche de nos désirs, plutôt celle qui nous rapproche d’un CDI et d’économies placées en jolis petit tas sur notre compte bancaire. Après cela c’est bon, on peut enfin profiter de la vie vraiment. En se mentant, en ayant mis de côté l’essence même de notre âme.

Je ne peux pas vous juger d’avoir choisi « votre zone de confort », on vous a poussé toute votre vie vers cette zone. Si vous êtes sain d’esprit, il est normal de l’avoir vue comme idéale pour vous.

Et je peux comprendre que ce soit ce concept là qu’on nous transmette : il y a eu des périodes dans l’Histoire qui nous ont prouvé que le bonheur c’était avant tout construire une famille, avoir de quoi manger et un toit sur notre tête. Chaque jour, je reconnais que j’ai une chance incroyable de pouvoir penser « à autre chose » puisque tous ces besoins primaires sont déjà remplis.

Il est normal de souffrir

Dans la société, vivre en incohérence avec nos désirs est normal. Les femmes pendant longtemps devaient se marier à un homme, elles n’avaient pas leur mot à dire, pas le choix. Aujourd’hui, je suis encore confrontée à ces grands-pères qui ouvrent grand les yeux quand j’ose parler dans une discussion « entre hommes ». Il est normal que les personnes puissantes gagnent énormément plus que nous, il est normal que notre chef nous considère comme un moins que rien. Dans le monde du travail auquel j’ai été confronté depuis mes 18 ans, j’ai vécu tellement « d’abus de pouvoir » que je pourrais en écrire un livre. Pour la plupart des gens, la souffrance a été normale pendant longtemps ou l’est encore aujourd’hui.

Nous devons souffrir, ça fait partie de la vie. Alors rassurez-vous, on n’en parle pas comme cela, on ne transmet pas l’idée sous cette forme là, mais derrière ce qu’on véhicule aux autres, il y a souvent cette idée (« Quand tu auras des enfants, ce sera impossible ! » « Profite tu peux encore te le permettre ! »).

Nous nous limitons donc, comme tout le monde. Nous avons si peu d’exemples de personnes qui vivent en écoutant leur cœur, que cela nous semble « impossible ». Et tant que l’on se persuade de cela, la réalité nous en donne la preuve.

Alors oui, le besoin de sécurité est important dans nos vies, mais notre besoin d’aventure est tout aussi grand. Si on ne se lance jamais, on finit par penser que la vie est une course monotone voire une vraie épreuve. Quel est le but alors ? Puisque l’on doit souffrir et se taire ? Pourquoi avons-nous créé toutes ses merveilles, toutes ses opportunités ?

Est-ce qu’on se contente de cette vie parce que tout le monde est dans le même cas ?

Si je regardais autour de moi, je pourrais voir des personnes qui se lèvent le matin pour travailler dans un endroit qu’elles détestent, d’autres personnes qui vivent avec une personne qu’elles n’aiment plus mais qu’elles ne quittent pas « par peur de faire souffrir leurs enfants » (donc toi tu peux souffrir sans soucis), des personnes qui ne parlent pas aux bonnes personnes de leurs problèmes (pas à leur chef mais au reste de l’équipe sous forme de critique, pas à cet ami qui les a contrarié mais dans leur dos sur les réseaux sociaux (“Statut : Je suis dégouté… “et j’attends vos commentaires compatissants).

Alors qu’est ce qui nous pousse à nous couper ainsi de notre vérité intérieure?

Pour moi, une des choses qui limite considérablement notre ambition est la peur de l’échec.

En effet, s’aventurer quelque part loin de notre zone de confort, c’est aussi prendre le risque d’échouer, et échouer, dans notre inconscient collectif, c’est pour les nuls. Une autre idée bien implantée dans notre crane. L’échec fait partie de nos vies, lorsqu’on tombe en faisant nos premiers pas, heureusement, que l’on ne se dit pas « Je ne recommencerai pas ». Il faut prendre le risque d’échouer pour vivre. Et bien sûr qu’il faut être déterminé pour réussir, c’est cela aussi l’ambition. Ce n’est pas voguer sur un cours d’eau fluide sans aucune difficulté. C’est ramer, tomber, se relever sans cesse.

Pour moi, c’est trop facile de se dire “Je n’y vais pas car j’ai peur d’échouer”. Derrière cette peur il y a en fait toutes les excuses que vous ne voulez pas voir. La peur d’être responsable de tout ce qui découlera de cette décision. La peur du risque. Et surtout, surtout la peur du regard des autres.

Pourtant, vous êtes la seule personne qui compte, vous vivez pour vous même avant tout. Et je peux vous promettre, que si vous ne vous alignez pas avec ce qui résonne en vous, si vous souffrez et serrez les dents pour faire plaisir aux autres, vous allez regretter votre vie. Je sais ce que cela fait d’arriver à la fin du parcours en regrettant de n’avoir rien fait pour soi. J’en ai tenu des mains, vu des larmes, des mots d’excuses pour soi même et des espoirs. L’espoir d’une seconde chance qui n’est jamais venue.

Voilà le seul pas à franchir, se dire que nous vivons d’abord pour notre plaisir, notre bonheur et si possible, en accord avec nous-mêmes, nos valeurs, nos émotions, notre essence. Voilà la seule réfléxion qui peut vous amener à moins de sécurité et plus d’aventure.

Qu’est ce qui pourrait vraiment faire en sorte que notre ambition augmente ?

– La capacité d’être inspiré par les autres: Si 60 % des gens que vous rencontrez étaient des personnes qui vivaient leurs rêves, ne serait-il pas plus normal de se lancer ? Ces personnes existent, alors entourez vous d’elles.

Je sais que mes grands parents ne comprendront jamais mes choix, mais je ne me bats pas contre eux pour leur faire comprendre à tout prix mes idées. S’ils trouvent que je suis une fainéante ou une inconsciente, et bien ok. Quelles sont ces personnes qui ont aujourd’hui de l’emprise sur votre vie et qui ne devraient pas en avoir ?  Rendez-leur les idées « toutes faites » qu’ils vous ont transmises. Elles sont légitimes en eux, mais seulement en eux. Toutes les personnes que vous pouvez choisir autour de vous, choississez les pour qu’elles vous tirent vers le haut.

Se prouver qu’on est capable : Gagner en confiance en nous nous permet d’augmenter notre motivation à entreprendre. Il suffit pour cela d’accomplir de toutes petites étapes. Parfois, concrétiser les choses, de la façon dont c’est possible pour vous aujourd’hui, vous permettra de vous rassurer sur ce dont vous êtes capable et réduire vos peurs.

-Ne pas écouter les autres : Si les autres n’ont pas le niveau de conscience qui vous conduit à lire cet article, il n’y a pas de problème. Mais vous restreindre parce que vous suivez leurs conseils, c’est tout de même très incohérent non? Quelque part, vous savez que cette idée de souffrance obligatoire est fausse, mais vous la suivez malgré tout. Alors un conseil, ne les écoutez plus et vivez votre vie pour vous même. Ils trouveront toujours quelque chose à dire sur vous.

Et si mon rêve c’est de vivre loin de toutes ambitions ?

Il faut l’admettre, l’ambition est parfois présente pour faire briller notre égo, quand elle nous sert à vouloir « toujours plus », en cherchant toujours le bonheur un peu plus loin. Alors je comprend que vous ne vous retrouviez pas dans cette idée. Gagner suffisament pour avoir une grosse voiture, une belle maison très peu pour vous.

Parfois, on peut se rendre compte que l’ambition d’avoir du succès ne nous correspond pas, que nous nous plaisons mieux dans une vie « plus simple », loin de gagner des milliers d’euros. Est que c’est mal ? Est-ce qu’il faut à tout prix vouloir réussir ?

Au final pour moi, l’important n’est pas d’avoir ou non de l’ambition, c’est surtout de vivre en cohérence avec soi. C’est-à-dire vivre en accord avec nos pensées. Si l’on pense « j’en peux plus de ce travail », arrêter, en changer, et s’aligner avec cette pensée. Si l’on pense « je veux voyager plus souvent », trouver les moyens de le faire, et le concrétiser.

L’essentiel en fait, c’est de se prouver que dans la vie, on n’est obligé de rien et que tout nous est possible tant qu’on le décide.

Evidemment, j’ai écrit cet article pour vous faire prendre conscience qu’avoir un peu d’ambition était important, pas pour “gagner plus” ni “avoir plus” mais surtout, pour être en cohérence avec vous même et heureux. Mieux que l’ambition, c’est la responsabilité qui est essentielle dans nos vies. Se sentir responsable de notre parcours, se sentir acteur de notre vie pour ne pas la voir passer sous nos yeux.