Explorer San Francisco en trois jours : défi relevé !

Après ces quelques jours à Los Angeles, nous avons pris l’avion pour rejoindre San Francisco. J’ai senti tout de suite une belle énergie dans cette ville.  Je me suis dit rapidement qu’elle était peut être faite pour moi…

 

Nous commençons notre première journée à Chinatown, comme à LA donc, sauf que cette fois, c’est un immense quartier qui prend place sur plusieurs rues. San Francisco accueille une communauté asiatique très importante (la deuxième des Etats Unis) c’est pourquoi la ville lui a fait une bien jolie place. Je prend plaisir à me balader à travers restaurant et petites boutiques, d’autant plus que nous arrivons un jour de fête et qu’il y a de l’animation partout.

Nous marchons ensuite vers les quais, passons voir l’océan de plus près et nous aventurons sur le Pier 39. J’avais l’idée d’un petit port dynamique, c’est en fait un mini village aménagé avec des dizaines de restaurants, des spectacles de rues et bien sûr des boutiques. De l’autre côté, on y trouve des otaries qui ont pris refuge ici après le tremblement de terre de 1906. Elles sont aujourd’hui nombreuses et une association tente de les protéger au mieux (de la pollution aquatique entre autres). Nous visitons le centre de sensibilisation situé juste au dessus et en apprenons un peu plus sur ces animaux. Au jour de notre visite, il y en avait plus d’une centaine au comptage du matin.

Un peu plus loin, nous découvrons le Fisherman’s Wharf qui regorge lui aussi de restaurants.

Avec un immense soleil, nous continuons notre balade et nous asseyons dans l’herbe derrière le centre commercial Ghiradelli. Nous avons une jolie vue sur Alcatraz (que nous avons fait le choix de ne pas visiter), et le Golden Gate.

 

Le lendemain, direction le quartier de Mission, quartier latino où chaque rue semble représenter un pays d’Amérique du Sud. Nous découvrons la rue de Balmy où les artistes ont trouvé l’inspiration sur les portes des garages. Le street art est très présent dans la ville, mais cette rue là tient aussi lieu d’un engagement politique de la communauté d’Amérique du sud. Les tags représentent pour la plupart le combat pour leurs droits et contre les discriminations.

Nous marchons ensuite vers un quartier plus résidentiel où se trouve Mission Dolores Park. Un joli parc avec une vue qui surplombe la ville. On découvre même ce panorama avec quelques rayons de soleil par moments. San Francisco se caractérise par un temps changeant et souvent avec du brouillard. Par chance, nous en avons eu très peu, c’est pour cela que le mois de Septembre reste idéal pour visiter la ville.

Nous arrivons en fin de matinée à Castro. San Franciso rassemble une grande communauté homosexuelle, notamment depuis les années 70 et Harvey Milk. Castro en est aujourd’hui encore un important symbole. Les drapeaux multicolores s’affichent en haut des lampadaires, les sex shops y affluent sur Castro Street. Et il y a quelque chose qui me frappe au moment où je traverse cette rue, quelle est l’histoire de ce quartier ?

J’ai l’impression qu’il est aisé d’assumer son orientation sexuelle à San Francisco, qu’on y est plutôt bien venu peu importe la façon dont on aime. Mais cela n’a pas toujours été le cas, preuve lorsqu’on voit la légalisation du mariage homosexuel dans le pays qui a été une bataille acharnée (de nombreuses fois accepté puis refusé).

Dans les années 60, Castro était un quartier où la vie nocturne était très importante. Les loyers y étant moins chers, les hommes seuls venaient y vivre ce qui a conduit à réunir peu à peu la communauté homosexuelle de la ville. Depuis, ce quartier lutte pour le droit à la liberté qu’elle soit sexuelle ou de tout ordre, ce qui lui confère une ambiance particulière et décontractée. Ici ou ailleurs dans la ville, on ressent cette liberté d’être comme on est, une des valeurs les plus fortes que j’ai pu ressentir dans le pays.

Nous découvrons ce jour là aussi Alamo Square et les Painted Ladies. Nous pouvons voir ce type de maisons victoriennes partout dans les rues résidentielles, mais ces sept là attirent bien plus de touristes et le point de vue dispose d’un petit coin d’herbe pour s’asseoir devant. Au bout de quelques minutes, nous décidons de nous poser sur un banc du parc et regardons les chiens s’amuser. Les Dog-sitter sont nombreux par ici, on se demande si à la fin de la journée, ils font leur transmissions aux maîtres sur la journée des chiens et surtout qu’est ce que cela pourrait donner.

Assez ri, nous continuons cette journée vers le quartier  Japantown qui est fait de petits centre commerciaux dont les boutiques sont en lien avec la culture japonaise. Nous y mangeons un plat délicieux dans un petit café. D’ailleurs, la cuisine asiatique sera notre numéro 1 durant tout le séjour.

 

Le lendemain, nous prenons un bus direction le Golden Gate Bridge, pour l’admirer de plus près cette fois. Après quelques photos de ce pont emblématique de la ville, nous nous dirigeons vers le Golden Gate park pour s’y promener à vélo. C’est un parc immense avec plein de jolis lieux  à explorer, des fontaines, un jardin de roses et aussi un jardin japonais (payant). Le visiter à vélo se révèle une bonne idée car il faudrait une journée à pieds pour en faire le tour.

Nous redescendons manger au Pier 39, notre premier (faux) hamburger made in US sur un fond de musique soul. J’adore !

Nous remontons à pieds jusqu’à Lombard Street, la rue la plus fameuse de la ville. C’est en effet la plus raide et elle est donc constituée de nombreux virages en lacets pour que les voitures puissent la descendre. Nous regardons le spectacle quelques instants, avant de rentrer.

Notre Airbnb est tenu par Jing à Daly City, elle et toute sa famille sont d’une gentillesse folle. Nous y rencontrons d’autres voyageurs avec qui nous échangeons de bons moments.

Il y a quelque chose à San Francisco qui m’a beaucoup plu, cette liberté d’esprit et surtout, la chaleur des gens. Ils vous sourient ou vous disent bonjour en vous croisant dans la rue. Ils ont toujours un mot pour vous quand vous attendez le bus ou dans un magasin. Je dois avouer qu’à l’instar de Trump, le standard de l’américain type était pour moi froid et arrogant. Nous y avons trouvé tout le contraire, des gens simples et hyper généreux dans leur façon d’être.

San Francisco m’a plu mais m’a fait me sentir vraiment mal à l’aise aussi par moments. Tout comme à Los Angeles, de nombreuses personnes sans domicile sont présentes dans la ville, mais ici, ce sont plus souvent des toxicomanes ou des personnes mentalement instables. Ce n’est pas rassurant quand on en croise une dizaine dans les stations de métro (Civic Center), ni dans la rue (quartier du Tenderloin et les rues plus hauts également comme Bush street…). Certaines rues sont même à éviter car même si personne ne nous a interpellé, nous sentions rapidemment que nous n’étions pas les bienvenus et qu’il fallait changer de rue.

Le voyage continue donc et nous quittons San Francisco avec un sentiment un peu ambivalent. Nous sommes globalement convaincus par cette ville.

Conseils:

Airbnb: Chambre privée chez l’habitant chez Jing. Inscrivez-vous et recevez ici 25 euros de remise sur votre voyage. 

Transports:
Bons réseaux de bus ou métro mais chers. Attention il y a deux sortes de métro le Bart et le Muni. Evitez comme nous de tenter de recharger votre carte Bart sur une caisse automatique Muni. Le ticket de bus coute $1.75, le ticket de Bart change suivant la destination, souvent entre 3 ou 4 dollars.
Restaurants:
-Jack’s Bar au Fisherman’s Wharf: pub et restaurant bon et pas cher par rapport au quartier. Option VG
-Wipeout Bar et Grill au Pier 39: restaurant assez touristique sur Pier 39
-Boudin au Fisherman’s Wharf: boulangerie et restaurant pour tester le fameux Chowder, soupe de crabe servie dans du pain ou ses alternatives.
-Japantown: May’s Coffee Shop, dans un centre commercial. Accueil super et plat délicieux. Option VG

 

Loueur de vélo : Golden Gate Park Bike & Skate, sur 6th Avenue, le moins cher du quartier. 5$ de l’heure.