Et si vous étiez hypersensible?

Je dois avouer que depuis que j’ai connaissance de ce que c’est, je me retrouve beaucoup en tant qu’hypersensible. D’un côté, je n’aime pas l’idée d’être « hyper » quelque chose, idée qui sous-entend que je suis « trop » et qu’il y aurait donc un souci avec moi. Pourtant, je trouve qu’en tant qu’hypersensible, poser cette étiquette nous permet de mieux comprendre qui on est, comment on fonctionne et cela peut être rassurant.

Je trouvais cet article bien plus parlant en y associant des anecdotes sur ma vie personnelle. C’est pourquoi, je vous ai fait une version audio où je raconte un peu plus en détail comment cette particularité se traduit dans ma vie. Voici donc la version “à emporter” de l’article:

Quel critères ?

L’hypersensibilité c’est en fait une sensibilité plus haute que la moyenne, d’un point de vue réactionnel, émotionnel et sensoriel (et peut-être d’autres choses en “el” dont je n’ai pas connaissance).

En psychologie, les travaux d’Elaine Aron et de Carl Jung ont permis de distinguer un « portrait » type des êtres hypersensibles. Je n’aime pas l’idée de faire entrer les gens dans des cases, mais cette description peut à mon avis vous permettre de poser des bases sur ce que vous êtes.

Vous vous demandez si vous êtes hypersensible ? Voici les critères les plus connus pour vous aider à répondre à cette question.

-Vous prenez tout à cœur : La moindre remarque vous blesse profondément ? C’est une piste, car les hypersensibles sont de grands susceptibles.  Cela va même plus loin. Imaginons que quelqu’un vous fasse un reproche, vous allez vous mettre dans une véritable remise en question en repassant en boucle ses mots dans votre tête. De là à ne pas en dormir de la nuit. Vous êtes profondément atteint par les jugements et en même temps, vous ne voulez pas les blesser.

-Vous êtes altruiste : Vous agissez souvent pour les autres ? C’est un aspect qu’on retrouve chez les hypersensibles. Ils sont empathiques et exercent souvent un métier dans le soin ou l’aide à la personne.

-Vous n’aimez pas que l’on perce votre « intimité » : Cela vous rend fou qu’on entre dans votre chambre sans frapper ou qu’on passe à l’improviste chez vous ? +1 point. Vous avez besoin d’un espace privé et vous tenez à votre intimité. C’est pourquoi, en règle générale, vous n’êtes pas fait pour travailler dans un endroit ouvert type open-space, vous préférez qu’il y ait des murs qui vous séparent des autres. Bien souvent aussi, vous préférez travailler de chez vous. Vous avez besoin de solitude et de préserver votre bulle personnelle.  C’est très bénéfique quand on passe du temps à créer.

-Vous faites plus attention aux autres : Vous êtes toujours en train de vous demander si vous n’allez pas gêner ? Un point commun avec de nombreux hypersensibles. Par exemple, vous faites attention avec votre caddie au supermarché, à ne pas bloquer le passage de quelqu’un en vous arrêtant dans la rue ou bien vous laissez votre siège dans les transports. Des comportements qui vont au-delà de la politesse chez vous.

-Vous êtes émotif : C’est un peu la base de l’hypersensibilité :  vous pleurez facilement, devant un film ou sans aucune raison. La raison ? Vous êtes une éponge. C’est aussi pour cela qu’il arrive que votre mental vrille d’un coup et qu’après une journée hyper joyeuse vous vous retrouviez soudain très triste sans raison. Crises de larmes, idées sombres… C’est comme ça, c’est une partie de vous. Cela vous passe aussi vite que c’est venu.  

-Tout est très fort : Votre hypersensibilité se trouve au niveau de toutes vos émotions. Vous êtes plus facilement touché par ce qui vous entoure : le moindre coucher de soleil, un chien sur votre route, le sourire d’un enfant vous rendent profondément heureux.

-Vous analysez tout en profondeur : Vous avez besoin de comprendre profondément les comportements des autres, les choses de la vie, les évènements. Vous faites les choses si elles ont un sens pour vous. Ce qui explique aussi que vous vous posiez des millions de questions sur tout.

-Vous n’avez pas de grandes bandes d’amis : Certains hypersensibles sont plutôt introvertis, ce qui fait qu’ils ont du mal à nouer des relations. Par contre une fois qu’ils accordent leur amitié, leurs relations sont très fortes. Ils ne peuvent nouer de relations superficielles.

-Vos sens sont aussi hypersensibles. Vous êtes sensible au bruit, à la lumière ou aux odeurs ? Autre aspect de votre sensibilité développée. Les bruits extérieurs sont de réelles agressions pour vous. Un objet qui tombe par terre, un scooter, une porte qui claque sont autant de sons qui viennent vous heurter dans votre vie quotidienne et passent inaperçus chez les autres.

-Vous avez besoin de silence pour vous concentrer : Vous ne pouvez lire devant la télévision ou vous concentrer sur une conversation avec un bruit ambiant comme la radio ou une sirène de pompiers. Votre cerveau se concentre dessus et cela vous fait perdre le fil.

-Ce qui est un « détail » pour les autres signifie beaucoup pour vous : Vous êtes très observateur, ainsi vous décodez facilement les autres, leurs émotions, leurs sentiments…

-Vous êtes intuitif : Votre cerveau droit est plus développé, vous analysez les choses en profondeur et observez beaucoup ce qu’il se passe autour de vous. Toutes ces qualités font de vous quelqu’un dont l’intuition est hyper développée ce qui est un vrai atout dans votre vie.

-Vous êtes créatif : Ce côté rêveur, votre sens de l’observation et votre sens de l’analyse font de vous quelqu’un d’inspiré, ce qui vous amène souvent à être créatif : peinture, écriture, dessin, photo… La création vous permet aussi d’exprimer votre trop plein d’émotion.

S’il y avait qu’une chose à retenir, disons que se mettre à la place d’un hypersensible consisterait à réagir deux fois plus que quelqu’un d’autre. Par exemple, un bruit un peu gênant le sera doublement pour un hypersensible, une remarque le blessera doublement, une scène triste ou joyeuse le touchera deux fois plus.

Décider que vous n’êtes pas un problème.

Un hypersensible se trouve généralement différent puisque le monde le lui fait remarquer. L’intelligence intuitive est négligée dans la société au profit d’une intelligence plus pratique et cartésienne. Les rêveurs sont assez mal vus en général, les émotifs n’en parlont pas. Vouloir rester à la maison, ne pas avoir une grande bande d’amis sont des aspects qui font paraitre bizarre pour certains. Pourtant 20% de la population est considérée aujourd’hui comme hypersensible.

Au vu du caractère susceptible de l’hypersensible, il se sent d’autant plus mal lorsqu’on lui reproche d’être simplement lui-même. Voilà donc ce qui peut vous rassurer : vous n’êtes pas un extraterreste. Vous faites parti d’un type de personnalité qui est différent de la plupart des gens, mais vous n’êtes pas seul dans ce cas.

Enfant, j’ai eu du mal à m’intégrer dans des groupes d’amis, j’étais toujours à fleur de peau ce qui a souvent été considéré comme un problème. Hors, un hypersensible n’est pas un problème. Pour moi aujourd’hui c’est un don que je tente de préserver. Vous vous demandez peut-être comment j’ai pu faire cette transition ? Simplement en acceptant les défauts de ces traits de caractères que j’avais et en accentuant mes qualités. Je passe du temps à créer, j’ai placé mon intuition au centre de ma vie, je tente d’être utile dans ma vie professionnelle et surtout, je prends soin de moi.

Comment s’apprivoiser ?

 Il semblerait qu’un hypersensible doive finalement seulement apprendre à se comprendre pour faire de sa particularité quelque chose de spécial. J’ai appris depuis toujours quelque chose: “Tu n’as pas à changer à cause de quelqu’un”. Les autres voudraient que vous soyiez plus ceci et moins cela, mais vous, vous avez juste à être vous-même finalement. Par contre, si vos émotions à fleur de peau vous jouent des tours dans votre vie quotidienne, que cela contribue à être un poids, tentez d’être bienveillant envers vous au maximum. Ce qui a le plus marché pour moi c’est un travail sur moi (développement personnel) et à la fois trouver un équilibre qui me fait du bien: mettre en place des choses dans ma vie qui calment mes émotions, préserver du temps dans ma journée pour mon sens créatif, ne jamais me retenir d’être comme je suis. Dans nos relations avec les autres, je crois qu’il est aussi important d’en parler. Cela permet aux autres de mieux comprendre vos réactions qui peuvent être vives et surprenantes pour une personne qui n’a pas votre sensibilité. Evidemment, ce n’est pas la première chose à avancer quand vous rencontrez quelqu’un, mais avec la personne qui partage votre vie, je crois qu’il est essentiel d’en discuter ensemble.

Une fois, une cliente m’a dit qu’elle ressentait une grande fragilité en moi. J’ai l’impression de donner aux autres cette image bien des fois, mais je n’en fais pas un problème. Oui, effectivement, je suis facilement touchée par quelque chose, mais il “ne faudrait pas” que je me renforce ou que je maitrise plus mes émotions. C’est ma nature. Je crois que plus vous resisterez contre celle ci, plus vous vous ferez du mal. Si vous voulez que quelque chose s’atténue, n’en faites pas une fixation, mais tentez de la comprendre.

Pour moi, il y a donc trois conseils pour apprivoiser cette particularité:

-Apprendre à vous connaitre: prendre du recul sur vos réactions et sur la façon dont elles se mettent en place.

-Etablir un rituel pour vous apaiser: Méditer? Dormir? Faire une séance de yoga? Ecrire? Aller courir? Testez plusieurs choses afin de savoir ce qui calmera votre crise de larmes ou apaisera simplement cette nature.

-Discuter : Afin que cette particularité ne soit pas tabou: Je suis différent(e) de toi, voilà comment je fonctionne.

 

Alors, vous sentez-vous hypersensible? Est ce depuis toujours ou avec le temps? Vous retrouvez vous dans ces critères? Comment le vivez vous au quotidien?

J’espère que cet article vous aura éclairer sur l’hypersensibilité et que le format audio vous aura apporté quelque chose.